Facebook Twitter Linked In Instagram Youtube

Remonter à vélo


Je m’appelle Frédéric et je suis un patient de l’Hôpital général de Montréal.

Un soir en 2015, alors que je revenais du travail en vélo, j’ai subi un grave accident. La voiture qui se trouvait devant moi a décidé de tourner à gauche à la dernière minute. J’ai appuyé de toutes mes forces sur les freins, mais il était trop tard. L’impact a été violent, ma tête a percuté le côté de la voiture, détruisant ma mâchoire et une douzaine de mes dents.

Je sais peu de choses sur les jours qui ont suivi mon accident. Je me suis réveillé au bout d’une semaine aux soins intensifs de l’Hôpital général de Montréal. Comme les autres patients de l’unité, j’étais branché de partout : des électrodes, du soluté, des aiguilles dans les bras, un tube dans le nez pour être nourri, un collet cervical pour mon entorse au cou, des pansements sur le menton, une trachéotomie, de l’oxygène par le cou, et un cathéter.

Frédéric accompagné des Drs Makhoul et Karra
Frédéric accompagné des Drs Makhoul et Karra

Mon expérience à l’hôpital m’a permis de réaliser plusieurs choses. Tout d’abord, que la vie est fragile et qu’il est impossible de prévoir quand un accident arrivera. Je suis un cycliste aguerri qui respecte le code de la route et qui porte toujours son casque, mais malgré tout, j’aurais pu y laisser ma vie.

J’ai aussi remarqué à quel point l’Hôpital général de Montréal, notre hôpital, est rempli de gens qui ont à coeur la santé de leurs patients. Je pense aux infirmières qui se sont relayées à mon chevet ou aux chirurgiens qui sont parvenus à reconstruire ma mâchoire et ce, sans avoir à utiliser des bouts d’os de ma jambe ou de mon omoplate, ce qui m’aurait empêché de pratiquer les sports que j’aime tant.

Ces gens travaillent chaque jour afin de sauver, de soutenir et de protéger nos vies.

Nous sommes chanceux au Québec de bénéficier de soins de santé universels, mais malheureusement, nos impôts ne comblent pas tous les besoins et ne permettent pas de soutenir tous les programmes de recherche sur les traitements de pointe. Ce sont pourtant ces initiatives qui permettent de rendre l’expérience des patients et de leur famille un peu moins pénible et de repousser toujours un peu plus les limites actuelles de la médecine.

Deux ans sont passés depuis mon accident et je souhaite aujourd’hui redonner à cet hôpital qui m’a offert le plus beau des cadeaux : la vie. C’est pourquoi j’ai choisi d’utiliser ma prochaine compétition sportive pour amasser des fonds pour la Fondation de l’Hôpital général de Montréal.

En remettant un don ponctuel à la Fondation ou en faisant des versements mensuels aussi petits que 15 $ par mois, vous pourriez vous aussi faire une différence !

Joignez-vous à moi, soutenez les soins vitaux!

Frédéric Roy

Le saviez-vous?

La Clinique de chirurgie orale et maxillo-faciale du CUSM située à l’Hôpital général de Montréal offre des soins de pointe à des milliers de patients et se voit confier certains des cas les plus complexes de la province et même de l’extérieur. Elle traite entre autres les patients atteints de cancer de la bouche, ayant subi un traumatisme facial et nécessitant une reconstruction faciale complexe.

 

lire
Grand projet de modernisation de l’HGM
Jeudi 26 juillet 2018
lire
Rapport annuel : l’impact de vos dons
Jeudi 21 juin 2018
lire
La santé mentale des femmes à l’honneur
Lundi 18 juin 2018