Facebook Twitter Linked In Instagram Youtube

Une histoire de chasse


Réjean était parti chasser avec son frère dans le nord de l’Abitibi, un voyage qu’ils faisaient chaque automne, depuis 30 ans. Pendant un trajet en quatre-roues, la forêt soudainement trop dense les a obligés à arrêter pour se défricher un chemin. Ils se sont attelés à la tâche, leur carabine en bandoulière, lorsque soudainement, une branche a accroché l’arme de son frère. Le coup est parti.

S’en est suivi une scène que Réjean n’oubliera jamais : sa cheville éclatée et le sang qui s’en échappe. Trop vite et en trop grande quantité semblait-t-il.

Découvrez l’histoire de Réjean

>>> Aidez-nous à soutenir les soins vitaux.

« Quand je suis tombé par terre, tout s’est mis à rouler dans ma tête. Je pensais au temps qui me séparait de l’hôpital le plus près, à tout le sang que je perdais. J’étais certain que je ne m’en sortirais pas vivant. »

Le temps était compté puisque les deux hommes se trouvaient alors à 2 h 30 de route de l’hôpital le plus près. Heureusement, ils ont eu le réflexe de faire un garrot afin de ralentir l’hémorragie.

« Ma jambe était dans un piteux état, parce que les balles à orignal sont conçues pour s’élargir dès qu’elles frappent leur cible et pour casser tout ce qui se dresse sur leur chemin. »

Après un long parcours en 4 roues puis en camion, ils ont finalement croisé une ambulance. Elle avait été alertée par le garde-chasse et se préparait à emmener Réjean à l’hôpital le plus près pour une première chirurgie de ‘nettoyage’ servant principalement à évaluer la gravité de la blessure, à arrêter le saignement et à limiter les risques d’infection.

Le lendemain, on l’a transféré dans un hôpital plus près de chez lui à Brossard, mais l’étendue de ses blessures dépassait encore une fois le niveau d’expertise des chirurgiens sur place : en plus de sa cheville, une partie du tibia et du péroné de Réjean étaient éclatés.

C’est finalement à l’Hôpital général de Montréal qu’il a fait la rencontre du Dr Mitchell Bernstein, chirurgien orthopédique spécialisé en repousse osseuse.

Oui, vous avez bien lu. Le Dr Bernstein fait pousser des os.

« Il m’a expliqué que j’avais deux options. On pouvait soit m’amputer une partie de la jambe ou encore, je pouvais embarquer dans ce qu’il appelait un projet. C’est-à-dire une suite d’opérations pour reconstruire le tout. Je savais que le parcours ne serait pas facile, mais si ça pouvait me donner une chance de garder ma jambe, je devais l’essayer. J’ai choisi le projet! »

S’en sont donc suivi plusieurs opérations. Le Dr Bernstein a également pu compter sur l’expertise de la Dre Stéphanie Thibaudeau, spécialiste en chirurgie plastique de reconstruction, pour reformer la cheville de Réjean à l’aide d’un lambeau de peau et de techniques précises de microchirurgie. Suivant la méthode Ilizarov, le Dr Bernstein a par la suite été en mesure d’installer un dispositif complexe qui allait rester en place pour quelques mois, le temps que l’os se forme dans l’espace vacant.

« Ils ont reconstruit ma cheville et fait repousser les 7 cm d’os qui manquaient à ma jambe. Le processus était assez long, pendant trois mois je devais visser les fixateurs selon un ordre précis.»

Chaque jour, l’os repoussait d’un millimètre environ et après quelques mois, l’impressionnante structure de métal a pu être retirée. Depuis, Réjean marche de nouveau, à l’aide d’une canne mais surtout de ses deux jambes.

« J’avais le choix et j’ai opté pour le projet. Et je ne le regrette pas aujourd’hui. »

L’Hôpital général de Montréal est un centre spécialisé en traumatologie et en orthopédie. Il possède aussi le seul programme au Canada spécialisé en repousse osseuse et en correction de membres difformes. Pour soutenir les travaux de cette équipe et leur permettre de continuer d’offrir des soins à toute la communauté, cliquez ici :
 
Je veux soutenir les soins vitaux