Chirurgie thoracique


La division de Chirurgie thoracique traite les patients atteints de cancers du poumon, de l’œsophage et de l’estomac.

À l’échelle nationale, les cancers du poumon, de l’œsophage et de l’estomac sont les types de cancers connaissant la plus grande progression en plus d’être les plus mortels, le taux de survie après cinq ans étant de moins de 20 %.

Des avancées remarquables ont cependant été réalisées dans le traitement de ces cancers au cours des dix dernières années, et les chirurgiens de l’Hôpital général de Montréal (HGM) ont contribué directement à ce progrès.
 

La Division de Chirurgie thoracique de l’HGM dispose du plus important programme sur le cancer de l’œsophage au Canada ainsi que d’un des plus grands programmes sur le cancer du poumon au pays. De plus, elle est la seule à avoir reçu du ministère de la Santé la désignation de niveau 4 pour le cancer du poumon, indiquant qu’elle offre le plus haut standard de soins intégrés, de recherche et de formation de la province.  On y offre des soins oncologiques selon une approche de type « guichet unique ».

La recherche est au cœur de leur approche novatrice. Ses équipes mènent une multitude de projets de recherche en plus de participer à des projets d’envergure internationale, dans l’objectif de développer des soins personnalisés et de réduire l’utilisation de chirurgies invasives pour le traitement des cancers thoraciques.

 

Faire un don

Tester les traitements sur des tissus vivants plutôt que sur les patients

La Division de Chirurgie thoracique de l’Hôpital général de Montréal développe à l’heure actuelle l’une des premières biobanques vivantes au Canada. L’idée est la suivante : au cours de la chirurgie, des tissus cancéreux sont prélevés puis cultivés en laboratoire afin de créer des organoïdes dérivés du patient. Ces avatars reproduisent exactement le cancer dont souffre leur patient. Ils permettent de vérifier la génétique du cancer, afin de mieux choisir les traitements appropriés, mais plus intéressant encore, les chercheurs peuvent les utiliser pour tester une multitude de traitements simultanément.

En plus de faire gagner beaucoup de temps, ce processus permet au patient d’éviter bien des souffrances, car il n’a pas à prendre des médicaments toxiques qui ne sont pas forcément efficaces pour son cas.
 

L’immunothérapie, une véritable révolution en oncologie

Les chirurgiens thoraciques de l’HGM participent activement, en collaboration avec des chercheurs d’un peu partout dans le monde,  à la recherche sur l’immunothérapie. L’approche consiste à administrer des médicaments afin de réveiller le système immunitaire jusqu’alors endormi par le cancer. Le système immunitaire utilise alors les millions d’années d’évolution accumulées pour tuer les cellules cancéreuses. Les premiers résultats sont fort prometteurs. Les patients répondent habituellement très efficacement à ces nouvelles approches beaucoup moins toxiques que les traitements traditionnels. L’immunothérapie a doublé le taux de survie de nombreux patients atteints d’un cancer de stade 4, qu’il s’agisse d’un mélanome ou d’un cancer du poumon ou de la vessie.
 

Le Centre universitaire de santé McGill (CUSM) a été le premier parmi 145 centres internationaux spécialisés en traitement du cancer du poumon, à entreprendre la 3e phase d’un projet de recherche majeur portant sur l’utilisation de l’immunothérapie en prévision d’une chirurgie.

Réduire l’impact d’une chirurgie autrement très invasive

Les chirurgies thoraciques sont parmi les plus invasives qui soient. C’est pourquoi la Division de chirurgie thoracique travaille activement à offrir des options moins invasives lorsque possible. L’HGM a été le premier hôpital en Amérique du Nord à utiliser une technique par endoscopie, consistant à insérer les instruments chirurgicaux par la bouche, pour aller disséquer les tumeurs situées sous les muqueuses.

Nous avons été le premier hôpital en Amérique du Nord à utiliser la technique de dissection sous-muqueuses par endoscopie et nous sommes à ce jour le programme le plus large et le plus productif au Canada. Nous recevons d’ailleurs des demandes d’un peu partout au pays. Grâce au soutien de la Fondation, j’ai pu aller me familiariser avec cette technique au Japon et je suis heureux de pouvoir la transmettre à la future génération de chirurgiens, ici même à Montréal.
Dr Lorenzo Ferri, directeur de la division de Chirurgie thoracique et directeur du Programme de chirurgie gastro-intestinale supérieure

Cette technique permet de retirer certaines tumeurs de l’œsophage sans avoir à procéder à de longues incisions pour retirer l’estomac et l’œsophage et en enlever des portions complètes. Grâce à cette nouvelle technique, le rétablissement des patients se fait par la suite beaucoup plus rapidement. Ils se trouvent aussi moins limités dans leurs choix alimentaires et dans les activités qu’ils peuvent pratiquer au quotidien.

Aidez-nous à déjouer les statistiques et à offrir de nouvelles voies de traitement pour les cancers du poumon, de l’oesophage et de l’estomac.

Donner