fbpx

Hockey Doc : 50 ans d’anecdotes médicales avec le Club de hockey Canadien 


Dr David S. Mulder (2019)

Médecin des Canadiens de Montréal depuis 60 ans, le DrDavid Mulder a traité des blessures de toutes sortes, des plus bénignes aux plus graves, recueillant au passage des anecdotes sur les vedettes de léquipe. Il raconte son parcours dans le livre Hockey Doc: Cinquante ans d’anecdotes médicales avec le Club de hockey Canadien (Friesen Press, 2021), écrit en collaboration avec le DrDouglas Kinnear, médecin en chef des Canadiens de 1961 à 1999, qui est décédé en 2019. En 1963, fraîchement arrivé de Saskatchewan pour faire sa résidence en chirurgie à lHôpital général de Montréal (HGM), il devient lassistant du DrKinnear, dont il prendra plus tard la relève comme médecin en chef lorsque celui-ci accrochera son stéthoscope.  

Le livre Hockey Doc est maintenant disponible

Dans son livre, David Mulder commente tous les types de blessures subies par les joueurs de hockey et raconte notamment les événements dramatiques survenus en 2000 pendant une partie contre les Flyers de Philadelphie, lorsque lattaquant des Canadiens Trent McCleary a reçu une rondelle au cou qui lui a fracturé le larynx. « La blessure lui bloquait les voies respiratoires, et il était en train de mourir quand nous sommes intervenus. Nous avons alors ouvert un passage pour qu’il puisse respirer et lavons emmené à lHGM, se souvient-il. La salle dopération a été alertée pour se préparer à une trachéotomie, et du Centre Bell nous avons filé à lhôpital. Je crois que cest la fois où j’ai été le plus proche de perdre un joueur. » Mais des blessures graves, il en a vu dautres : fracture du cou de Lou Fontinato (Leapin Louie), fracture au dos de Max Pacioretty, jambes cassées de Serge Savard et Larry Robinson, fractures du pied dYvan Cournoyer et dHenri Richard, et bien d’autres.  

Dr Mulder avec le joueur étoile des Canadiens Serge Savard. (Hockey 911, 2019)

Toutefois, le rôle de médecin d’une équipe de hockey se joue aussi à l’extérieur de la glace, que ce soit pour s’occuper des familles des joueurs ou pour traiter des maladies qui ne sont pas liées au sport. Quand Saku Koivu fut atteint d’un cancer, c’est le Dr Mulder qui lui a annoncé le diagnostic et qui, en collaboration avec léquipe des soins oncologiques, a accompagné le joueur tout au long du traitement qui la sauvé. Pour suivre la progression de son traitement, Koivu devait se rendre à Sherbrooke pour passer des examens par tomographie par émission de positons (TEP). Lorsquil a su que cette technologie n’était pas offerte à Montréal en raison de son coût prohibitif, il a organisé une campagne de financement pour que lHGM puisse acheter son propre appareil. Dautres blessures ont eu des conséquences du même ordre par exemple, la blessure au dos de Pacioretty a mené à lacquisition dune technologie dIRM de pointe ici même à l’HGM.  

Par ailleurs, le travail des DrsKinnear et Mulder a aussi entraîné des changements dans les procédures de traitement des blessures de la LNH. Dans la foulée du quasi-décès de McCleary, la ligue a établi un protocole pour les blessures aux voies respiratoires et a revu l’attribution des places assignées à léquipe médicale durant les matchs. « Avant, nous étions bien haut dans les gradins, explique Dr Mulder, mais après la blessure de McCleary, la LNH a exigé que les médecins soient assis juste derrière le banc et à une distance de 25 à 50pieds de la zone clinique pour pouvoir intervenir lorsque la vie d’un joueur est en danger. » 

Les deux médecins ont aussi tissé des liens étroits avec de nombreux joueurs. Le DrMulder se souvient surtout de Jean Béliveau, de qui ils étaient particulièrement proches. « Il arrivait que Jean nous aide à gérer les blessures des joueurs. Une fois, John Ferguson, le fier-à-bras des Canadiens, avait été assomdurant une bagarre. Je minquiétais des risques de commotion cérébrale, et notre but en le traitant était de l’empêcher de retourner au jeu. » Ferguson nétait pas daccord et ne prenait pas les ordres de son médecin calmement. « Jean Béliveau ma alors dit : “Doc, ne te dispute pas avec lui, je vais men occuper. Il a conduit Ferguson à la clinique et a verrouillé la porte, et léquipe a joué le reste de la partie sans lui. »  

Le joueur d’hockey Max Pacioretty et sa femme Katia Pacioretty avec Dr Mulder. (2017)

Les Drs Kinnear et Mulder sont tous deux entrés dans l’organisation des Canadiens par l’entremise de l’Hôpital général de Montréal, qui, comme le note Dr Mulder, entretient depuis longtemps une étroite relation avec l’équipe. « Le fait que l’hôpital était situé à proximité du Forum de Montréal [le foyer des Canadiens avant le Centre Bell] a joué un rôle déterminant dans le développement de ce lien spécial que les deux organisations ont aujourd’hui, remarque David Mulder. Quand j’étais résident, je me souviens que [le défenseur intronisé au Temple de la renommée] Doug Harvey avait marché du Forum jusqu’à l’urgence avec le nez cassé. Nous l’avons traité, puis il est retourné finir la partie. » Cette proximité a aussi fait en sorte que des médecins de l’HGM se sont retrouvés dans l’équipe médicale officielle des Canadiens.  

Bien que le Dr Mulder soit surtout connu pour son travail sur la glace – ou autour de la glace –, il a mené une carrière remarquable à l’HGM. « Je dois tout à l’HGM. L’établissement m’a offert une formation exceptionnelle en chirurgie sous la gouverne de géants comme le Dr Rocke Robertson et le Dr Fraser Gurd, à qui je dois beaucoup, car ce sont eux qui m’ont conseillé de m’orienter vers la traumatologie et d’aller suivre une formation spéciale de deux ans à l’Université de l’Iowa en chirurgie cardiaque et thoracique. Je leur suis aussi reconnaissant de m’avoir recruté pour que je revienne travailler à l’HGM. J’ai commencé comme jeune chirurgien en 1969, et j’ai poursuivi une carrière passionnante depuis. » Cette carrière l’a d’ailleurs amené à jouer un rôle clé dans la mise en place du système de traumatologie au Québec en 1993. « Avant l’implantation de notre système, le taux de mortalité des patients ayant subi de multiples blessures graves dépassait les 50 %. Nous avons établi des centres de traumatologie à trois endroits au Québec, dont un à l’HGM, et ce taux est maintenant sous la barre des 6 %. » En 2015, le centre de traumatologie de l’HGM a officiellement été rebaptisé « Centre de traumatologie Dr David S. Mulder » en reconnaissance du rôle central qu’il a joué dans l’avancement de la discipline. « La prochaine étape, ce serait que l’hôpital se dote d’un héliport, qui faciliterait grandement notre mission en tant que centre de traumatologie. Ce serait une amélioration majeure. » 

 Au fil des ans, le Dr Mulder a été chirurgien en chef de l’HGM ainsi que chef du département de chirurgie et directeur de la division de chirurgie cardiovasculaire et thoracique à l’Université McGill. Il a également été président de l’Association canadienne de traumatologie, de l’American Association for the Surgery of Trauma, de l’International Trauma Group et de la Société des médecins en chef de la LNH. En 1997, il a été nommé membre de l’Ordre du Canada en reconnaissance de ses réalisations dans le domaine de la traumatologie. En novembre 2021, l’Université de la Saskatchewan, où il a fait ses études de premier cycle, lui a aussi décerné un doctorat honorifique. 

 Et bien sûr, il y a eu le hockey. « Je repense à mes débuts, alors qu’il n’y avait que le Dr Kinnear et moi pour nous occuper des joueurs. Maintenant, nous avons une équipe de chirurgiens traumatologues et orthopédistes, de médecins du sport et de dentistes qui est présente à chaque partie. La relation qui unit l’HGM et les Canadiens nous place à l’avant-garde des soins médicaux pour les athlètes d’élite et a joué un rôle majeur pour les deux organisations. Si l’hôpital a fourni les soins, l’équipe lui a redonné au centuple en soutenant plusieurs de ses nouveaux projets. Tout cela augure bien pour l’avenir. » 

Si le livre « Hockey Doc » vous intéresse, achetez-le en cliquant sur ce lien :

Hockey Doc par le Dr David S Mulder | The FriesenPress Bookstore

 

En compagnie des champions de la

Coupe Stanley 1993

9 novembre au Centre Bell

lire
La Fondation de l’Hôpital général de Montréal dévoile sa nouvelle image!
Lundi 6 mai 2024
lire
Hommage à Margery Trenholme : L’histoire d’une femme de tête et de cœur
Mardi 2 avril 2024
lire
Nouveau robot chirurgical à l’Hôpital général de Montréal
Mercredi 27 mars 2024