fbpx

Santé physique et mentale : s’allier pour soutenir des programmes vitaux


La Fondation de l’Hôpital général de Montréal s’implique depuis plusieurs années avec la Course pour les femmes Pharmaprix. Il s’agit d’une activité de levée de fonds rassembleuse qui vise à soutenir des programmes et initiatives en santé mentale.

Ces dernières années, la souffrance humaine s’est multipliée et la détresse se manifeste de plus en plus, remarque Dre Karine J. Igartua, psychiatre en chef de la Mission en santé mentale du Centre universitaire de santé McGill (CUSM). Elle souligne que ce phénomène peut venir de plusieurs facteurs, que ce soit causé par l’isolement dû à la pandémie ou par l’augmentation des psychoses causées par le cannabis, les professionnelles et professionnels doivent s’adapter à la demande grandissante.

Dre Igartua travaille depuis des années à améliorer l’accès aux ressources en santé mentale. Que ce soit par le novateur Programme transitionnel de jour ou avec les ateliers d’arts visuels offerts par les Impatients, les programmes soutenus cette année dans le cadre de la Course pour les femmes Pharmaprix sont significatifs pour le bien-être des patientes et patients.

Le Programme transitionnel de jour : Réduire les hospitalisations

Ce programme interdisciplinaire s’adresse aux personnes aux prises avec des problèmes de santé mentale. Par des interventions de groupe et individuelles offertes à des personnes présentant des diagnostics ou des niveaux de fonctionnement variés, ce programme offre une approche centrée sur l’intervention d’urgence en moment de crise.

L’aspect distinctif et novateur de ce programme vient du fait qu’il offre la possibilité de prendre tous les éléments thérapeutiques d’une admission à l’hôpital, en les offrant de façon intensive en clinique externe de jour. Cette philosophie permet aux patientes et aux patients de recevoir une série de traitements durant la journée, sans toutefois devoir y être hébergés et devoir « mettre leur vie normale sur pause ». Ces traitements axés sur le rétablissement permettent aux personnes de se rétablir sans avoir à couper les ponts avec l’extérieur. Ce programme offre également une solution optimale aux problèmes d’accès aux lits dans les hôpitaux. Comme le souligne Dre Igartua, « nous n’avons pas assez de lits et cette situation perdure depuis des années, nous avons donc développé ce programme qui fonctionne très bien, qui répond à toutes les problématiques identifiées, et ce, au bénéfice de la population. »

L’objectif de ce programme est d’outiller chaque personne à mieux vivre avec sa maladie mentale en développant des stratégies d’adaptation efficaces permettant une meilleure autogestion de leur situation. Ce type d’approche prend en compte les stratégies d’adaptation habituelles de la personne, les raisons pourquoi ces stratégies ne fonctionnent pas au moment de la crise actuelle et, à partir de cette perspective, aide chaque personne à développer de nouvelles stratégies. Ce programme aide donc à éviter ou à raccourcir les hospitalisations et à maintenir les personnes dans la communauté.

Les impatients : L’expression artistique comme outil de guérison

L’expression artistique ayant fait ses preuves, l’équipe cherche à offrir les ateliers d’arts visuels par Les Impatients aux services offerts. En effet, cette activité axée sur le rétablissement permet de favoriser l’expression artistique principalement par le dessin, la peinture et le collage. Les Impatients ont pour mission de venir en aide aux personnes vivant avec des problématiques de santé mentale en leur permettent de s’exprimer par la création, d’améliorer l’estime personnelle, de développer un sentiment d’appartenance à un groupe, de rompre l’isolement, d’améliorer la santé globale et de diminuer les hospitalisations. Emballée par ce service, Dre Igartua partage sa vision inspirante : « Nous pouvons et devons toujours chercher à faire mieux afin d’aider nos patientes et nos patients et c’est exactement l’impact que nous voulons avoir avec l’ajout de ressources dans nos programmes. »

En plus de diriger des programmes significatifs comme ceux présentés, Dre Karine J. Igartua est co-fondatrice Centre d’identité sexuelle de McGill. Ce centre, ouvert en 1999, se veut un lieu sécuritaire et accueillant à l’égard des personnes de minorités sexuelles et de genre. Depuis les dix dernières années, sa mission principale est d’aider les personnes vivant avec des troubles de dysphories de genre (inconfort avec le genre assigné à la naissance). Ces personnes qui arrivent au Centre d’identité sexuelle se questionnent sur ce qu’elles ont besoin pour être bien dans leur vie et dans leur peau, cette exploration du genre fait partie intégrante du processus.

 « Notre rôle, en tant que clinique de santé mentale, est d’aider la personne à comprendre ce que signifie son genre pour elle, plus précisément, l’actualisation de son genre, et comment elle peut l’exprimer pour être confortable et vivre une vie pleine et heureuse, » affirme avec espoir et conviction Dre Karine J. Igartua. Le centre outille également ces personnes à réagir et gérer les situations difficiles et la discrimination présente dans la société.

La Course des femmes Pharmaprix : Bougez avec nous pour une bonne cause!

La Course pour les femmes Pharmaprix aura lieu le 11 juin Parc Maisonneuve. Les fonds amassés seront remis à la Fondation de l’Hôpital général de Montréal afin d’améliorer l’accès aux services et aux ressources en santé mentale pour les femmes ainsi que toute la communauté, dans les programmes présentés plus haut.

La Fondation de l’Hôpital général de Montréal s’implique depuis des années pour soutenir des initiatives en santé mentale. Nous croyons avec conviction qu’en aidant une femme qui souffre de troubles mentaux, nous aidons aussi tout son entourage.

 

 

lire
1,25M$ en soutien aux soins en santé mentale
Mercredi 26 janvier 2022
lire
192 000 $ pour la santé mentale
Lundi 13 juin 2022
lire
La Fondation de l’Hôpital général de Montréal dévoile sa nouvelle image!
Lundi 6 mai 2024