Vers des traitements hyper-personnalisés du cancer, grâce au soutien de nos donateurs


L’équipe de chirurgie thoracique de l’Hôpital général de Montréal est devenue un leader mondial dans le développement de traitements hyper-personnalisés du cancer, et en particulier des cancers du poumon, de l’œsophage et de l’estomac, les plus mortels qui soient. En tant que centre de référence provincial, l’équipe soigne des patients provenant de partout au Québec.

La recherche est au cœur de son approche novatrice. L’équipe s’est donnée pour objectif de réduire l’utilisation de chirurgies invasives et de développer des soins personnalisés pour le traitement des cancers thoraciques, et ultimement de tous les cancers.

Ces programmes de recherche sont essentiellement financés par la philanthropie. Grâce au soutien de la communauté, ce sont 17M$ qui ont  ainsi été remis en novembre 2019 à la division de chirurgie thoracique pour poursuivre ses travaux.

Des tests sur tissus vivants au développement d’organes sur une puce

En 2019, nous avons beaucoup parlé des recherches prometteuses du Dr Cools-Lartigue sur les organoïdes. Ce sont ces cellules cancéreuses que l’on prélève sur le patient pour être élevées en laboratoire.  On peut ensuite y tester directement plusieurs médicaments et déterminer celui qui sera le plus efficace. Une approche révolutionnaire qui peut limiter les douleurs subies par les patients et qui vise ultimement à améliorer le taux de survie.

Mais, cela n’est que le début. Dr Lorenzo Ferri et l’équipe du programme de chirurgie thoracique savent en effet qu’il est possible d’aller plus loin encore. Et ils ont un projet pour y arriver. Ils l’appellent Organe sur une puce.

Grâce aux organoïdes, l’équipe médicale a une très bonne idée de l’évolution de la tumeur et de la réaction du patient aux différents médicaments. C’est un excellent départ. Mais l’environnement dans lequel évoluent ces cellules ne reflète pas les conditions spécifiques au corps humain, tel que le flux sanguin ou la pression des organes les uns sur les autres.

Le projet Organe sur une puce vise justement à recréer les conditions propres au corps humain sur un appareil de la taille d’une clé USB. Les chercheurs y cultiveront le cancer d’une personne au moyen de cinq types de cellules : des cellules cancéreuses, des cellules sanguines, des cellules de tissu conjonctif et deux types de cellules immunitaires. Grâce à un dispositif mécanique et à une simulation du mouvement respiratoire, les cellules interagiront les unes avec les autres comme dans le corps humain.  On pourra alors y tester le médicament qui aura été le plus prometteur à l’étape des organoïdes.

C’est un projet qui nécessite beaucoup de travail et beaucoup d’argent. Mais l’équipe sait que les résultats obtenus seront d’une très grande fiabilité. Ce projet peut déboucher sur avancée majeure dans le traitement du cancer. Et surtout, il donne à tous, et en particulier aux  personnes  malades, l’espoir d’une vie guérie du cancer.

Aidez les équipes médicales à trouver des nouveaux traitements personnalisés efficaces afin de sauver des vies. Une personne sur deux combattra un cancer dans sa vie, aidez-nous à stopper ce fléau. Donnez.

lire
Mieux connaître la COVID-19 à l’aide d’une biobanque dédiée
Vendredi 9 avril 2021
lire
Lancement des célébrations pour le 200e anniversaire de l’HGM
Mercredi 31 mars 2021
lire
Parlons des traumatismes crâniens
Mercredi 17 mars 2021