fbpx

Réinventer la recherche en immuno-fertilité avec Dre Geneviève Genest


La Dre Geneviève Genest est immunologue et allergologue à l’Hôpital général de Montréal. Elle est la fondatrice de la première et seule clinique d’immunologie de la reproduction au Canada. Elle offre également la seule formation canadienne disponible par son programme de résidence « fellowship » en immunologie de la reproduction.

Sommité en la matière, elle reçoit des patientes de partout à travers le Canada et, bien qu’elle travaille présentement seule, elle se donne la mission de répandre son expertise pour former d’autres médecins. Pour cette raison, sa récente session d’enseignement à Harvard comme spécialiste avait pour objectif d’expliquer la contribution immunologique aux fausses couches à répétition.

Dre Geneviève Genest a acquis sa confiance et son savoir grâce à son mentor, le Dr Phil Gold, qui a été président du département de médecine de McGill et médecin-en-chef de l’Hôpital général de Montréal. Grâce à l’accompagnement et aux judicieux conseils de ce docteur réputé, Dre Genest s’est spécialisée dans une discipline médicale encore peu explorée et pourtant vitale.

Une clinique unique pour régler les problèmes de dérèglement du système immunitaire

Fausses couches à répétition, échec de la fécondation in vitro (FIV) et infertilité, tout cela sans aucune explication. Pour un couple sur six souffrant de difficultés reproductives, cette difficile réalité est parfois la fin de leur parcours vers la quête d’une famille. Elle mentionne, « l’infertilité ou les fausses couches à répétition, c’est un marathon et non un sprint. Malheureusement, il y a beaucoup de hauts et de bas, de deuils à faire, d’émotions qui émergent. En arrivant à ma clinique, les couples sont rendus à un seuil de vulnérabilité très élevée. »

Pour Dre Genest, une voie importante reste toutefois peu explorée : le déséquilibre du système immunitaire utérin. Son hypothèse veut que cette problématique du système immunitaire affecte la conception et le déroulement de la grossesse. Dans cette optique, la Dre Genest a traité de nombreuses patientes souffrant de fausses couches pertes de grossesse récurrentes et inexpliquées au moyen d’un produit sanguin, l’immunoglobuline intraveineuse (IgIV), molécule employée pour traiter plusieurs maladies auto-immunes. Utilisée en fertilité, cette molécule sert à rétablir la capacité du système immunitaire à reconnaitre l’embryon, l’aider à s’implanter et à ne pas le rejeter.

Les résultats de ces essais sont extraordinaires, durant les 6 premières années du programme, le taux de grosses à terme était de plus de 60% pour ces centaines de femmes dont tous les traitements avaient auparavant échoué. « À partir du moment où j’ai eu la chance de voir ce que cette molécule pouvait faire pour ces femmes qui n’arrivent pas à développer ou garder une grossesse, je suis devenue complètement fascinée et investie dans ce projet, » Dre Genest affirme.

Se réinventer : Un mal pour un bien

« En pandémie, nous n’avons jamais arrêté nos activités. Nous nous sommes adaptés, comme tout le monde. Toutefois, de notre côté, le gros problème que nous avons vécu a été la pénurie de dons de sang, » Dre Genest mentionne. Les produits sanguins étant plus rares, ils étaient réservés aux personnes qui en avaient absolument besoin. La molécule utilisée, l’immunoglobuline intraveineuse, n’était donc plus accessible pour les traitements d’immunologie reproductive. Durant deux ans, cette situation a amené Dre Genest à explorer d’autres avenues pour traiter ses patientes. Avec toute la conviction d’aider ces personnes à devenir parents, Dre Genest a transformé cet obstacle en opportunité en trouvant plusieurs nouvelles voies de traitement. Même sans avoir accès à l’immunoglobuline intraveineuse, la clinique de la Dre Genest a vu plus d’une femme sur deux ayant des problèmes d’infertilité mener à terme une grossesse grâce aux nouvelles molécules découvertes pour traiter ces problèmes.

Dans ses recherches, Dre Genest tente aussi de développer des tests diagnostiques pour diriger sa clinique, « identifier que le problème de fertilité résulte du système immunitaire est critique pour offrir des traitements personnalisés et adaptés. Présentement, nous utilisons la méthode de diagnostic par exclusion, c’est-à-dire que nous traitons les femmes dont tous les tests semblent normaux, mais qui n’arrivent toujours pas à développer ou garder une grossesse, » Elle affirme.En développant des tests diagnostiques, par exemple des tests sanguins, la Dre Genest pourrait plus rapidement offrir les bons traitements à ses patientes. Ultimement, Dre Genest aspire à aider toutes ces femmes qui souffrent de ne pas avoir d’explications, que ce soit en les dirigeant vers sa clinique ou en leur donnant l’heure juste sur la situation.

Sans le travail exceptionnel de la Dre Genest, ce sont des centaines de patientes qui restent prises dans cette « boite noire » d’incertitude et d’incompréhension. L’aide qu’elle leur apporte est essentielle et vitale. Pour continuer à développer la seule clinique en immuno-fertilité au Canada, elle nécessite de l’aide et des ressources, c’est pour cela qu’elle cherche à embaucher une infirmière spécialisée pour l’aider à coordonner la clinique qu’elle dirige présentement seule. Aidez-la à offrir un dénouement heureux à toutes ces familles!

lire
La Fondation de l’Hôpital général de Montréal dévoile sa nouvelle image!
Lundi 6 mai 2024
lire
Hommage à Margery Trenholme : L’histoire d’une femme de tête et de cœur
Mardi 2 avril 2024
lire
Nouveau robot chirurgical à l’Hôpital général de Montréal
Mercredi 27 mars 2024